Les bougies parfumées Oriza L. Legrand


13 décembre 2013
C’est en me promenant dans Paris que j’ai découvert cette petite merveille qu’est la boutique Oriza L. Legrand. Curieuse d’en savoir plus, je suis entrée et j’ai longuement discuté avec Franck Belaïche, qui m’a raconté la fabuleuse histoire de cette Maison. J’ai aimé les emballages rétro des savons, j’ai découvert des fragrances inédites et j’ai craqué pour la ligne de bougies parfumées (si vous lisez régulièrement Joli Place, vous devez savoir que j’ai une vraie passion pour ce type de bougies). Celles-ci sont artisanales, en cire de végétale 100% naturelle de très grande qualité et coulées une à une par un Maître-Cirier français, selon un savoir-faire multi-séculaire. La cire est liée à des parfums de Grasse, comme il se doit pour des produits de haute qualité. Les étuis, réalisés par un artisan établi en Charente, sont imprimés sur d’authentiques rotatives des années 50. L’objet en lui même est magnifique et les parfums très subtils. Comme souvent, ma préférence va à la bougie aux notes boisées, qui porte le joli nom de “Fin comme l’Ambre”.

 

Blog Joli Place
©RobertoGreco

 

L’histoire d’Oriza L. Legrand vaut la peine d’être entendue. C’est une histoire comme je les aime : celle de la renaissance d’une Maison, créée en 1720 par Fargeon aîné, le parfumeur du Roi Louis XV et de sa cour. Installé dans la Cour Carrée du Louvre, il crée des crèmes et des poudres pour la courtisane Ninon de L’Enclos. Sous Louis XVI, le parfumeur a même les grâces de Marie-Antoinette. En 1811, la Maison Oriza est acquise par Louis Legrand, véritable orfèvre de la parfumerie. Il introduit une gamme de parfums raffinés qui ajoute à la réputation de la Maison, désormais installée dans la très chic rue Saint-Honoré.

 

Blog Joli Place
©RobertoGreco

 

Mais c’est à son associé et successeur, Antonin Raynaud, parfumeur né à Grasse, qu’Oriza doit ses plus grands titres de noblesse. Visionnaire, Raynaud développe la Parfumerie Oriza en installant la première usine à vapeur à Levallois-Perret. Il est aussi le premier à avoir l’idée de présenter élégamment les produits dans des étuis en cartons revêtus de dessins aux couleurs chatoyantes (idée qui a, depuis, largement fait son chemin). Il décline les fragrances de la Maison en gammes incluant cosmétiques et soins parfumés. Et, en 1887, il invente le tout premier parfum solidifié, dont il dépose le brevet. La Parfumerie Oriza L. Legrand jouit d’un succès immense en France comme à l’étranger. Établie sur la place de la Madeleine, elle fournit la Cour de Napoléon III ainsi que les Cours de Russie, d’Italie et d’Angleterre. Elle reçoit de nombreuses récompenses, dont le Grand Prix de l’Exposition Universelle de 1900. La confection et la réalisation des flacons sont confiées à la prestigieuse cristallerie Baccarat. L’entrée de la Maison dans le Grand Siècle est fastueuse.

 

Blog Joli Place
©RobertoGreco

 

Fragilisée par la Première Guerre Mondiale et la Grande Dépression, la Maison Oriza L. Legrand cesse d’exercer dans les années 30. En 2010, la belle endormie est reprise par Franck Belaïche et Hugo Lambert, deux passionnés, qui décident de la faire renaître. Soucieux de respecter l’esprit et l’histoire d’Oriza, ils puisent parmi les formules originelles des parfums dans les archives de la Maison et les retravaillent, de façon à les rendre plus actuels, sans toutefois les trahir. Pour la première fois cette année, ils ajoutent une collection de 5 bougies parfumées à la très belle gamme d’Oriza. Leur jolie boutique à l’ancienne, située dans le quartier de l’Opéra à Paris, est une adresse à découvrir sans attendre.

 

Maison Oriza L. Legrand  – 18 rue Saint-Augustin, 75002 Paris
www.orizaparfums.com